Divers

Renaturation d’un tronçon de la Bresle par N.E.T

Du 15 septembre au 20 novembre 2020, les équipes de l’entreprise de travaux Nature Environnement Terrassement ont œuvré pour la nature en remettant 500 mètres linéaires du cours de la Bresle dans son lit naturel.

Commandités par le SMAB et orchestrés par Biotec biologie appliquée, les travaux sur la commune d’Aumale (76) ont permis d’araser le seuil du moulin LEDEZ. Cette chute d’un mètre vingt constituait un barrage infranchissable pour la faune piscicole et les sédiments transitant naturellement dans les rivières de la région.

Financé par l’Agence de l’Eau Seine Normandie et le Département 76, le chantier s’est déroulé sans anicroche, en suivant le programme de travaux élaboré de concert avec NET, le SMAB et Biotec.

L’entreprise a donc, selon le piquetage réalisé par Top’eaux Normandie, terrassé les nouveaux méandres de la Bresle. Le nouveau lit a ensuite été amandé avec une recharge granulaire permettant de reconstituer un fond de lit naturel et de potentielles frayères.

Une fois les aménagements des nouveaux méandres réalisés, la Bresle a été déviée du bief vers son nouveau lit. Le basculement des eaux s’est déroulé sur cinq jours afin de pouvoir mettre en œuvre une pêche de sauvegarde au sein du bief. C’est la fédération de pêche de Seine Maritime qui a été mandatée pour cette opération. Sur trois jours, plus de 900 sujets ont été transférés dans le nouveau bras de la Bresle, à l’amont de la zone de travaux.

Après l’opération de basculement des eaux, le bief est remblayé avec les matériaux du site et les finitions sur le nouveau tronçon sont mis en œuvre. Modification de hauteur de berge, talutage, implantation de souches, végétalisation (…) tout est fait pour que très rapidement, les récents méandres se fondent dans le paysage et puissent constituer des habitats propices à l’installation de la faune sauvage des milieux humides et aquatiques. Dans cette dynamique, les trois saules têtards, vieux de plus de cent ans, situés le long du bief ont été élagués puis transplantés sur les berges du nouveau bras.

Le projet de renaturation de ce tronçon de la Bresle constitue une action particulièrement favorable à la gestion des inondations. En effet, alors que les berges du bief étaient rehaussées à cause des merlons de curage laissés sur place lors des actions de gestion ultérieures, les berges du nouveau cours d’eau sont submersibles et la prairie humide fera désormais office de zone tampon lors des épisodes de crue sur le bassin versant de la Bresle.

Pour maintenir l’usage originel de la parcelle sur laquelle les travaux se sont déroulés, des aménagements ont été réalisés. Abreuvoirs, clôtures, barrières herbagères et un ouvrage de franchissement du cours d’eau ont été conçus et installés. Le pont en chêne labellisé PEFC est en mesure de supporter des engins agricoles et le passage du cheptel bovin.

Aujourd’hui, le tracé imaginé par Biotec, commandé par le Syndicat Mixte d’Aménagement du bassin versant de la Bresle et mis en œuvre par Nature Environnement Terrassement est prêt à accueillir la faune et la flore spontanée. L’année prochaine, une pêche sera réalisée afin de mesurer l’impact des travaux sur la qualité du cours d’eau. A titre de comparaison, nous garderons en tête que sur un chantier similaire réalisé sur le même cours d’eau, il a été observé une augmentation de 70% de la population de Truite fario sur un tronçon de 400 mètres linéaires.

Camille LEMAIRE, Chargée d’affaires
sous la direction de Christophe LEBAS, Gérant de N.E.T