Notre histoire

L’Association des Professionnels du Génie Ecologique (APGE) est fondée en 2008 par les entreprises Dervenn, SCOP Sagne et Sogéo. Elle change de nom en 2009 et devient l’Union Professionnelle du Génie Écologique – UPGE.

Depuis sa création, l’UPGE participe activement à la structuration de la filière du génie écologique, qui fait partie des 18 « filières industrielles stratégiques de l’économie verte » identifiées par le ministère en charge de l’écologie (Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer).

Le ministère a travaillé au développement de la filière à plusieurs niveaux, en partenariat avec l’UPGE :

  • 2009 :
    Groupe de travail Métiers de la biodiversité et services écologiques – MEEM
  • 2010 :
    Plan national de mobilisation emplois et métiers de l’économie verte – MEEM
    Comité de domaine Biodiversité et Service Écosystémiques – CGDD, ATEN, AFPA
    Création d’un groupe de travail Filière Génie Écologique – DEB

Ces travaux ont abouti à la rédaction de la feuille de route Ambition Ecotech présentée le 13 janvier 2012 par le COSEI[1] , et qui place le génie écologique comme une filière importante à développer dans le cadre de la croissance des éco-industries. Le génie écologique est ainsi reconnu comme une « filière d’avenir en plein développement dont les différents acteurs proposent un panel de réponses concrètes correspondant à des enjeux de société forts » (Conférence environnementale, table ronde du 20 septembre 2013 « Emploi et transition écologique »).

 

Ainsi, en 2012, l’UPGE est confirmée dans son travail de structuration de la filière par le Ministère en charge de l’Écologie : l’objectif 2.1 de la feuille de route Ambition Ecotech est de faire de l’UPGE une fédération d’envergure nationale pour la filière génie écologique.

Depuis ses débuts, l’UPGE fédère chaque année de nouveaux adhérents et porte d’autant plus activement le développement de la filière, par notamment :

  • la constitution d’une fédération professionnelle dynamique
  • l’échange avec d’autres fédérations professionnelles
  • la rédaction d’une norme française sur la conduite de projets en génie écologique[2] entre 2009 et 2012
  • l’organisation du Village du génie écologique à l’occasion des Salons Pollutec Paris et Lyon depuis 2011
  • la création du CCEAGE[3], pôle technique d’expérimentation et de démonstration, regroupant entreprises, chercheurs, acteurs publics, centres de formation, maîtres d’ouvrage…
  • la création du cluster du génie écologique, LifeSys, en 2016.

[1] Comité Stratégique de filière Eco-Industries. Plus d’informations et la feuille de route « Ambition Ecotech » sur le site du PEXE.

[2] Norme NF X10-900 – Génie écologique – Méthodologie de conduite de projet appliqué à la préservation et au développement des habitats naturels – zones humides et cours d’eau.

[3] Centre de coordination, d’expérimentation et d’application du génie écologique.

En savoir plus sur nos missions