Divers

Visites de chantiers de génie écologique en Isère pour nos adhérents

Le groupe de travail Travaux de génie écologique de l’UPGE organise pour tous les adhérents de l’UPGE un cycle de plusieurs journées d’échanges techniques dont la première s’est tenue le 16 novembre 2021.

Pour cette première, l’entreprise de travaux Arbre Haie Forêt nous a accueillis sur trois de ses chantiers en Isère (38), avec le Syndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l’Isère (SYMBHI), maître d’ouvrage pour ces projets. Cette journée avait pour objectif de présenter des retours d’expérience de recréation de zones humides.

Gauche : Plantation d’hélophytes, chantier Ecole AHF avec Lycée de St Ismier, Arbre Haies Forêt © / Droite : visite du premier chantier le 16 novembre 2021, UPGE ©
(Travaux MOA Symbhi, MOE Hydrétudes, Terrassement SOCCO)

Recréation de hauts fonds et d’une mare en zone amont d’un étang avec plantation d’hélophytes, de boutures, d’arbustifs, une protection contre la faune

Les adhérents se sont retrouvés sur le premier chantier qui se situe sur une ancienne lône (bras d’un fleuve qui reste en retrait du lit principal) de Pontcharra, uniquement connectée à l’Isère par la nappe. Le SYMBHI, dans sa politique de recréation de zones humides fonctionnelles, a fait installer des hauts fonds dans l’amont de la lône. L’entreprise de terrassement SOCCO a installé 62000 m3 de matériaux limono graveleux issus des ouvertures de lit mineur de l’Isère.

Ces matériaux ont été remaniés de façon à permettre l’installation d’écosystèmes diversifiés allant des eaux libres à des saulaies en passant par des cariçaies et roselières. Pour une surface totale de hauts fonds de 12000 m², 5000 m² ont été revégétalisés en hélophytes d’origine locale, qui ont été complétés par plusieurs centaines de boutures et 1400 jeunes plants arbustifs pour créer une couronne boisée. En complément, une mare a été créée, déconnectée du lac, pour favoriser l’accueil des amphibiens.

Gauche : Bassins de culture de Typha minima, Arbre Haies Forêt ©
Droite :
visite du second chantier le 16 novembre 2021, UPGE © (Travaux MOA Symbhi, MOE Hydrétudes, Assistance CBNA et INRAE)

Déplacement d’espèces protégées après récolte et mise en culture

Depuis 2012, Arbre Haie Forêt travaille pour le SYMHI à la préservation de Typha minima sur les bancs et berges de l’Isère, à l’amont de Grenoble. Plusieurs protocoles ont été mis en place avec l’appui d’Hydrétudes, du Conservatoire Botanique de National Alpin (CBNA) et de l’INRAE.

Sur le projet qu’ont pu découvrir les adhérents de l’UPGE, les typhas ont été récoltées sur des secteurs destinés à être détruits par les travaux du SYMBHI de curage de bancs ou de réouverture de bras morts. Les plantes ont été ensuite mises en culture pour une multiplication végétative, avec plusieurs modalités afin d’obtenir une quantité suffisante pour réimplanter une surface au moins égale aux surfaces détruites.

Parmi les 8 protocoles de réimplantation 2 étaient des protocoles scientifiques de l’INRAE, réalisés par Arbre Haie Forêt. 

La visite du site du bras mort de Lumbin a permis de voir la dernière réimplantation de Typha minima (2020). Les typhas issues d’un bassin de culture en terre ont été régalées, avec leur subsrat, dans des tranchées de petite taille sur plus de 100 m. A l’année 1 les typhas sortent bien et colonisent cette berge.

Visite du troisième chantier le 16 novembre 2021, UPGE ©
(Travaux MOA Symbhi, MOE Hydrétudes, Terrassiers Converso Berthoully, Caissons vegetalisés de la connexion La Compagnie des Forestiers).

Reconstitution de hauts fonds végétalisés en hélophytes

Pour le troisième chantier, les adhérents ont visité l’étang de Manon à La Pierre (38), une ancienne gravière non connectée à l’Isère qui va être reconnectée dans le cadre des travaux de protection contre les crues de l’Isère.

Des hauts fonds ont été recréés avec les matériaux de curage et d’effacement des bancs. Arbre Haie Forêt a réalisé la recréation de milieux humides par revégétalisation des hauts fonds. Ont été créés des Scirpaies, Roselières et Caricaies Joncaies en végétal local.

Ces revégételisations ont été protégées de la dent de la faune piscicole et des Myocastors par un enclos grillagé. Des Tourradons de Carex, destinés à la destruction par l’ouverture de connexion de l’isère, ont été réimplantés dans une mare de ces hauts fonds.

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des mesures compensatoires des travaux de protection contre les crues du SYMBHI. Ils comportent également l’ouverture de digues afin de rendre inondables des dizaines d’hectares de forêts riveraines, des reconstitutions de boisements riverains. Arbre Haie Forêt a dans ce cadre renaturé 26 ha de zones humides et recréé 2.5 ha de berges et bancs recolonisés par Typha minima.

Participants à la journée d’échanges techniques : Delphine De France (Alkïos), Mathilde Rivallain (Colas), Sylvain Pommier (Equo Vivo), Yvon Sindzingre (ECO-MED), Pascal Maurer (Nature & Techniques), Laetitia Maillavin (Vinci Construction Maritime et Fluvial), Benoit Saye (ATP Environnement), Christophe Girod (Egis), Morgane Buisson (SYMBHI), Matthieu Marchand (Arbre Haie Forêt), Eric Dedonder (Arbre Haie Forêt)

L’UPGE remercie Eric Dedonder et Matthieu Marchand de Arbre Haie Forêt pour avoir permis cette rencontre, ainsi que Morgane Buisson du Syndicat mixte des bassins hydrauliques de l’Isère pour son accueil sur les chantiers. Cette journée comme les suivantes constituent des moments forts pour l’UPGE où les adhérents, ici les représentants des structures Colas, Alkios, Equo Vivo, ECO-MED, Nature & Techniques, Vinci Construction Maritime et Fluvial, ATP Environnement et Egis, peuvent échanger sur les mesures et techniques de génie écologique employées sur leurs projets, mais également sur des sujets de fond communs et structurant pour la filière du génie écologique.

Eric Dedonder,
Fondateur d’Arbre Haie Forêt

Léa Tordera,
Chargée de mission à l’UPGE