Divers

Restauration de la continuité écologique sur le Sal à Plougoumelen.

Porté par Eau du Morbihan et réalisé par le groupement SCE et AD Ingé, le projet d’effacement du barrage de Pont-Sal avait pour objectif principal la restauration de la continuité écologique sur le petit cours d’eau côtier du Sal. Il constitue un cas d’école et le premier exemple de suppression d’un barrage de cette ampleur dans le Morbihan.

Situés sur la commune de Plougoumelen, dans le département du Morbihan, le barrage de Pont-Sal et son usine de traitement des eaux avaient été construits en 1960, pour alimenter en eau potable les communes du Syndicat Intercommunal d’Assainissement et d’Eau Potable (SIAEP) de la région de Vannes Ouest. Le barrage, d’une hauteur de 7 mètres, créait un plan d’eau de 8 hectares en amont, et représentait le premier obstacle majeur aux espèces piscicoles migratrices (salmonidés, lamproies) ainsi qu’au transit sédimentaire en piégeant les sédiments dans la retenue.

La retenue, de faible capacité et de qualité médiocre en période estivale, ne répondait plus à sa fonction de base d’alimentation en eau potable. Par ailleurs, le contexte réglementaire – Directive Cadre sur l’Eau (2000/60/CE) et article L214-17 du Code de l’Environnement – imposant des mesures correctrices pour assurer la continuité piscicole et sédimentaire au droit des obstacles en rivière, il a été décidé, en 2015, la démolition de l’usine de traitement des eaux et de l’effacement du barrage de Pont Sal. Les premières études environnementales et l’établissement du programme de travaux ont été réalisés en 2016 et les travaux ont eu lieu en 2017.

Le projet a fait l’objet d’un consensus entre les acteurs et usagers concernés du site avant, pendant et après les travaux. Ainsi, il a su répondre à un des principes fondamentaux de l’ingénierie écologique, à savoir la restauration du milieu aquatique de la rivière du Sal et le rétablissement naturel de son écosystème en prenant en compte la demande sociétale et les enjeux environnementaux.

Destruction de barrage – Crédits SCE

Résultats

À ce jour, la restauration de la continuité écologique du Sal est effective et s’accompagne d’une recolonisation naturelle des berges par la flore et la faune. La reprise de l’équilibre naturel de la rivière a d’ores et déjà permis la restauration de prairies humides dans l’ancienne retenue du barrage et la recolonisation par les espèces piscicoles. A titre d’exemple, les indices d’abondance d’anguilles en 2018, menés par la Fédération de Pêche 56, montrent des quantités d’anguilles presque quatre fois supérieures aux années précédentes sur la station située en amont de l’ancienne retenue. Les inventaires réalisés par pêche électrique par l’AFB, début juillet 2018, montrent un début de recolonisation du cours d’eau par les salmonidés sur le site, ainsi que la présence de plusieurs frayères de lamproies marines, en amont de l’emprise de la retenue, les premières observées depuis 60 ans.

Lorsque le lit mineur sera stabilisé, plusieurs activités sont envisagées pour le site de l’ancien barrage. Il pourrait s’agir d’activité pastorale avec l’installation d’un éco-pâturage, ou encore, d’installations pédestres, telles que l’aménagement de chemins de randonnée pédagogique ou l’installation d’une passerelle entre la rive droite et la rive gauche, pour créer une boucle avec les chemins de randonnée existants, sur les communes de Plougoumelen, à l’est, et de Pluneret, à l’ouest. Le site offrira également des possibilités d’activités pédagogiques sur la biodiversité, notamment pour les scolaires, de même pour la pratique de la pêche de loisirs.

Jérémie LEMAIRE
Expert – Directeur de projets
Cours d’eau et milieux humides
SCE

Pêche de sauvegarde – Crédits SCE