Création de mares et sauvetage des amphibiens.

Publié le Publié dans Divers

Dans le cadre d’un projet routier porté par le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, le bureau d’études Ouest Am’ a assuré la maîtrise d’oeuvre des mesures de compensation écologique, entre autres pour la création de deux mares début 2015, une mare devant être détruite par le projet. Ces travaux ont donné lieu au déplacement de la faune et de la flore initialement présentes.

En lien avec des contraintes de planning de chantier, la réalisation de la pêche de sauvegarde a été faite durant le mois de juin. C’est une période inappropriée pour les populations d’amphibiens, s’agissant de la pleine période de reproduction et de développement larvaire de nombre d’espèces. Il a donc été nécessaire de mettre en œuvre un protocole sur-mesure de déplacement de ces espèces.

Une méthode expérimentale

En premier lieu, un pompage d’une part importante de l’eau des mares a été effectué, et ce afin de laisser une lame d’eau réduite facilitant un repérage plus efficace des amphibiens sur place. Une fois les individus repérés, ils ont été capturés à l’aide de troubleaux et d’haveneaux (sortes de grandes épuisettes), ou à la main, identifiés (âge et sexe) puis relâchés dans les mares préalablement recréées. Ces nouvelles mares ont été séparées des travaux par une clôture anti-amphibiens temporaire, placée à la limite des emprises, pour éviter à certains individus de revenir à l’emplacement des mares d’origine.

Une part importante de la végétation rivulaire patrimoniale de la mare (Scirpus lacustris, Eleocharis sp, Juncus sp, Sparganium erectum, etc.) a été prélevée pour un transfert dans les deux mares compensatoires. Le comblement de la mare à supprimer est intervenu le lendemain matin.

Bilan de l’opération

Lors de cette opération de sauvetage, 543 individus capturés de cinq espèces distinctes ont été déplacés dans les mares de substitution. Il s’agit du Triton marbré (Triturus marmoratus), du Triton palmé (Lissotriton helveticus), de la Grenouille agile (Rana dalmatina), de la Grenouille verte (Pelophyllax sp.) et de la Rainette arboricole (Hyla arborea). L’opération de sauvetage et de transfert s’étant déroulée de façon satisfaisante, et l’aménagement préalable de ces deux mares étant selon nous, parfaitement réussis, on peut augurer de la résilience rapide de leurs biocénoses dès l’année prochaine. Un suivi reste nécessaire afin d’en prévenir les éventuelles dérives.

Jean-François Sérot
Directeur général délégué
Ouest Am’

La création d’une des mares de compensation en six étapes. (Crédit : Ouest Am’)

Prélèvement de la végétation d’origine et dépose en rive des deux mares recréées. (Crédit : Ouest Am’)