Divers

Expérimentation d’un portique pour le franchissement des chauves-souris

Le bureau d’études Naturalia Environnement en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle, l’université de Greifswald et VINCI-Autoroutes ont mené ensemble, dans le cadre d’une thèse, l’expérimentation de la pose d’un portique de signalisation standard au-dessus d’une autoroute en service dans le but d’étudier les effets en termes : (i) de connectivité des habitats et (ii) de franchissement de l’autoroute par les chauves-souris.

Les connaissances actuelles montrent que les autoroutes ont un impact négatif sur l’activité de chasse et de transit des chauves-souris qui s’étend jusqu’à cinq kilomètres (Berthinussen and Altringham, 2012; Claireau et al., 2019a). De plus, pour se déplacer, les chauves-souris utilisent principalement des éléments linéaires (haies notamment) qui, une fois rompus, peuvent empêcher les chauves-souris de franchir la route (Pinaud et al., 2018).

Pour réduire cet effet barrière, plusieurs mesures d’atténuation peuvent être mises en œuvre tels que les passages à faune, un meilleur dimensionnement des ouvrages hydrauliques… Et bien que les passages à faune et les ouvrages inférieurs apparaissent comme les meilleures solutions pour rétablir la continuité écologique, ces mesures restent difficiles à mettre en œuvre (contraintes de terrain, emprise insuffisante, coûts…). Il peut être alors proposé des ouvrages de franchissement dédiés appelés « chiroptéroducs » mais dont la conception et les contraintes techniques limitent également le déploiement.

Figure 1 : A. Localisation du site. B. Plan d’échantillonnage : enregistreurs acoustiques (carrés jaunes) et portique expérimental (ligne bleue entouré de marron). C. Photo du portique expérimental. D. Photo du site avant pose de l’ouvrage. (Sources : Institut national de l’information géographique et forestières, Koo-production/VINCI-autoroutes).

L’expérience présentée ici consiste en une solution novatrice via l’installation d’un portique de signalisation standardisé. Le portique est ici dépourvu de panneau et accueille simplement une grille (figure 1. C). Il s’accompagne de quelques plantations d’arbres de part et d’autre. Cette structure présente des avantages en termes d’acceptabilité sociétale, de coût et de mise en œuvre.

Le site étudié est localisé dans une zone agricole intensive où la présence d’éléments linéaires favorables au déplacement des chauves-souris est très réduite. Seul un axe majeur de déplacement des chauves-souris connectant deux vallées et interrompu par l’A83 en service depuis de nombreuses années a été identifié en 2015 constituant ainsi un site d’expérimentation très favorable (figure 1. D).

Figure 2 : A. Position des microphones : micro 1 sur le canal gauche (côté route) et micro 2 sur le canal droit (côté habitat) et selon un axe perpendiculaire à la route. B. Calcul du temps d’arrivée des cris d’écholocations sur les micros (TDOA). C. Il est défini un franchissement de chauves-souris quand une chauve-souris entre sur la route d’un côté et détecté comme sortant de la route de l’autre côté (Claireau et al., 2019b).
Figure 3 : Reconstitutions automatisées de trajectoires de chauves-souris issus du Bat Tracking Toolbox (De Almeida Braga et al., in prep). À gauche, sans portique, à droite, avec portique.

Pour cette étude, nous avons instauré un Before-After / Control-Impact design sur trois années de suivi (avril 2016 à mai 2018) : un cumul de 25 jours sans le portique et 25 jours avec le portique ; soit 50 jours au total. Durant ce suivi, deux méthodes innovantes ont été mises en place (figures 2 et 3) :

  • des suivis acoustiques, basés sur la trajectographie, qui permettent de connaitre le nombre de franchissements de la route pour chaque espèce (Claireau et al., 2019b). Un témoin (ou contrôle) a également été suivi pour juger de la potentielle évolution (baisse ou augmentation) du nombre de franchissements de l’autoroute par les chauves-souris afin de différencier l’effet année de l’effet portique ;
  • et des suivis visuels, par l’utilisation d’une caméra thermique, qui permettent de mieux comprendre la hauteur de vol des chauves-souris.

Pour l’ensemble des taxons étudiés, nos résultats ont montré que nous avons :

  • plus de passages de chauves-souris à l’endroit où a été installé l’ouvrage dédié qu’au témoin (résultat significatif) ;
  • trouvé aucun changement de franchissement des chauves-souris entre les deux périodes (c.-à-d. avant et après l’installation de l’ouvrage dédié) au niveau du témoin (résultat non significatif) ;
  • et détecté une augmentation du nombre de passages de chauves-souris entre les deux périodes au niveau du portique (résultat significatif). Le nombre de franchissement de la route par des chauves-souris a été multiplié par 3.

Ainsi, dans un corridor écologique peu large, le portique accompagné (i) d’une grille au maillage adapté à l’écholocation des chauves-souris et (ii) de plantations d’arbres de haut-jets, a permis d’augmenter significativement le nombre de franchissements de chauves-souris au-dessus de la route. L’étude détaillée est disponible auprès des auteurs et consultable en cliquant sur ce lien.

Les études se poursuivent actuellement quant à savoir si ce type de structure permet de surélever la hauteur de vol des chauves-souris.

Fabien Claireau
Responsable Responsable et développement
Naturalia Environnement

Cédric Heurtebise
Responsable environnement
VINCI-Autoroutes

Bibliographie

  • Berthinussen, A., Altringham, J., 2012. The effect of a major road on bat activity and diversity: Effect of a major road on bat activity. J. Appl. Ecol. 49, 82–89. https://doi.org/10.1111/j.1365-2664.2011.02068.x
  • Claireau, F., Bas, Y., Pauwels, J., Barré, K., Machon, N., Allegrini, B., Puechmaille, S.J., Kerbiriou, C., 2019a. Major roads have important negative effects on insectivorous bat activity. Biol. Conserv. 235, 53–62. https://doi.org/10.1016/j.biocon.2019.04.002
  • Claireau, F., Bas, Y., Puechmaille, S.J., Julien, J., Allegrini, B., Kerbiriou, C., 2019b. Bat overpasses: An insufficient solution to restore habitat connectivity across roads. J. Appl. Ecol. 56, 573–584. https://doi.org/10.1111/1365-2664.13288
  • De Almeida Braga, C., Charton, F., Kerbiriou, C., Julien, J.-F., Puechmaille, S.J., Allegrini, B., Claireau, F., Bas, Y., in prep. Bat Tracking Toolbox: A tracking tool for bats in cluttered environment using a thermal camera. Methods Ecol. Evol.
  • Pinaud, D., Claireau, F., Leuchtmann, M., Kerbiriou, C., 2018. Modelling landscape connectivity for greater horseshoe bat using an empirical quantification of resistance. J. Appl. Ecol. 55, 2600–2611. https://doi.org/10.1111/1365-2664.13228