Divers

UPGE : retour sur 2021

La filière du génie écologique : une clef pour les défis du XXIe siècle

À mesure que la société prend conscience des enjeux inhérents au climat et à la biodiversité, le génie écologique apparaît comme un outil déterminant pour relever les défis des prochaines décennies. La filière du génie écologique est en effet le moyen pour les acteurs économiques de disposer des meilleures solutions pour, non seulement limiter l’impact de leurs projets sur la biodiversité, mais au-delà, concevoir leur activité en lien avec le fonctionnement de l’écosystème dans lequel ils s’insèrent. Ainsi l’écologie n’est plus une contrainte mais devient une opportunité de repenser notre rapport à la nature.

Pour la filière, 2021 est un tournant majeur. La progression des marchés est très importante (entre 2 et 3 milliards d’euros de chiffres d’affaires cette année), l’urgence environnementale est de mieux en mieux comprise et les leviers politiques se multiplient : séquence “éviter, réduire, compenser”, solutions fondées sur la nature, zéro artificialisation nette…

C’est aussi l’aboutissement de nombreux projets structurants initiés par l’UPGE : création du titre professionnel Ouvrier de génie écologique, création du certificat de spécialisation Génie écologique (niveau chef d’équipe), création du mastère spécialisé Maîtrise d’œuvre de génie écologique, développement du volet travaux de l’activité de formation continue, création de Kalisterre, développement de qualifications OPQIBI et fin des travaux des normes AFNOR X10-900 (conduite de projet) et X32-102 (état initial). 

En conséquence de ces dynamiques, les entreprises, études comme travaux, sont confrontées à de fortes tensions sur le marché du travail : ouvriers, naturalistes ou encore maîtres d’œuvre manquent de plus en plus.

Ainsi, l’axe de travail principal de l’UPGE pour les prochaines années sera de répondre aux besoins en compétences de la filière : décrire chaque métier, créer les diplômes manquants, soutenir le déploiement de parcours de formations initiales, proposer des offres de formations continues, accompagner les porteurs de formations à mieux répondre aux attentes des professionnels, communiquer sur les métiers de la filière, faciliter le recrutement…

Les prochaines années seront déterminantes dans la poursuite des efforts de structuration, alors même que la progression des marchés accélère encore.

La filière est aujourd’hui prête à relever ces défis maintenant que les acteurs sont fédérés, que les objectifs de structuration sont partagés et que les fondations ont été bâties. Il ne reste plus qu’à déployer les axes de travail initiés ces dernières années.

À l’assaut ! Vive la vie !”

Pour en savoir plus, retrouvez notre rapport d’activité 2021.

Patrice Valantin
Directeur de Reizhan
Président de l’UPGE

Patrice Valantin_portrait