0
compteur milieux restaurés

Auddicé – Création d’une mesure compensatoire pour le Petit gravelot

Dans le cadre du développement du site industrialo-portuaire d’Arles, le groupe Combronde souhaitait installer une plateforme multimodale sur une parcelle à fort enjeu écologique : des espèces patrimoniales d’oiseaux nicheurs y étaient en effet présents en période de nidification. À la suite de la rédaction du dossier de dérogation au titre de la réglementation sur les espèces protégées, auddicé a accompagné l’entreprise de transport et de logistique dans la mise en place d’une mesure compensatoire pour le Petit gravelot.

Contexte

La Compagnie Nationale du Rhône (CNR), concessionnaire du Rhône pour le transport fluvial et la production d’hydroélectricité, souhaitait développer l’activité de son site industrialo-portuaire (SIP) d’Arles (13) en amodiant ses parcelles vacantes.

Pour connaître les enjeux écologiques des parcelles en friche, auddicé a réalisé un inventaire du site en 2018. Quatre espèces patrimoniales d’oiseaux y ont été recensées en période de nidification :

  • L’Œdicnème criard : oiseau qui nidifie au sol dans des milieux ouverts de steppes et de pelouses arides.
  •  Le Cochevis huppé : oiseau inféodé aux milieux littoraux mais qui s’accommode parfaitement aux milieux terrestres et secs qu’offrent les zones d’activité non bâties.
  • Le Petit gravelot : oiseau inféodé aux milieux aquatiques (rivières naturelles à lit en tresse) qui nidifie sur des bancs de graviers.
  • Le Guêpier d’Europe : oiseau qui creuse des terriers dans des talus au sol meuble.

Les constructions réalisées sur les parcelles détruiront ou altéreront les habitats de reproduction de ces espèces protégées. Ainsi, un dossier de demande de dérogation au titre de la réglementation sur les espèces protégées a dû être réalisé en amont, avant tout impact.

Cette demande de dérogation répond aux trois conditions préalables définies par le code de l’environnement (justification d’intérêt majeur, absence de solution alternative et non atteinte à l’état de conversation favorable des espèces protégées concernées) et a reçu un avis favorable à l’unanimité du Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le choix du site de compensation

Le groupe Combronde souhaitait louer une parcelle du SIP pour installer une plateforme multimodale. Il a fait appel à auddicé pour suivre le chantier de construction et les accompagner dans la mise en œuvre d’une mesure dédiée à la compensation du Petit gravelot.

Pour compenser la disparition de l’habitat des deux autres espèces présentes sur la parcelle (le Cochevis huppé et l’Œdicnème criard), le groupe a acheté des unités de compensation « clés en main » sur le site naturel de compensation de Cossure, développé par CDC Biodiversité.

Auddicé et la CNR ont fixé ensemble les règles de compensation pour le Petit Gravelot et ont choisi un site de compensation situé à Tarascon, soit à moins de 10 kilomètres au nord du SIP d’Arles.

Ce site est une ancienne parcelle industrielle de 4 hectares située à proximité immédiate d’une usine de cellulose où 108 000m3 de bois ont brûlé en 2016. Si la parcelle a été remise en état après l’incendie, elle est restée inexploitée.

Elle possède les mêmes conditions d’accueil et caractéristiques écologiques que le SIP d’Arles notamment : une proximité immédiate avec le Rhône et un substrat minéral. Pour s’assurer qu’il n’existait pas déjà des espèces patrimoniales sur la friche, auddicé a réalisé des inventaires écologiques. Un couple de Petit gravelot a d’ailleurs été observé.

La parcelle de Tarascon avant les travaux de compensation ©auddicé environnement

Les travaux réalisés

Deux grandes mesures de compensation ont été définies sur le site :

  • Créer un substrat favorable au Petit gravelot et à sa guilde
  • Creuser, surcreuser et gérer des flaques d’eau pour le Petit gravelot

Auddicé a également accompagné le groupe Combronde et le chef de chantier, Vinci Construction, pour délimiter la création de deux mares d’une profondeur minimale de 50 cm et valider le process de mise en œuvre du substrat.

Délimitation des mares sur la parcelle de compensation ©auddicé environnement

Pour mettre en œuvre un substrat adapté à la nidification de l’espèce, le maitre d’ouvrage et auddicé ont réfléchi à un procédé technique permettant d’éviter l’import de galets depuis un autre site. Le sol a été décaissé puis criblé pour séparer la matière fine des galets. La matière fine a été déposée dans les mares pour renforcer leur étanchéité. Quant aux galets compris entre 20 et 150 mm, ils ont été répartis sur toute la parcelle pour offrir un lieu de nidification au Petit Gravelot.

Tas de gravats avant la séparation des diverses granulométries attendues ©auddicé environnement

Afin que le sol soit le plus naturel possible (avec de l’aspérité, des microcavités…), il a été recommandé à Vinci Construction de tapisser le sol de galets de façon irrégulière.

Le rendu de la parcelle après travaux
Le rendu de la parcelle après travaux

Sur le chantier, des excédents de matériau de grosse granulométrie (plus de 150 mm) se sont accumulés. Un cumul coûteux à évacuer. auddicé a proposé une mesure d’accompagnement : installer des pierriers pour les reptiles en périphérie de la parcelle de compensation.

Micro-habitat pour les reptiles ©auddicé environnement

Ces travaux réalisés en septembre 2022 devraient permettre d’accueillir de nouveaux couples de Petit gravelot !

Guillaume FOLI, référent national biodiversité chez Auddicé

Twitter
Telegram
LinkedIn
Facebook
WhatsApp
Email

Nos derniers articles

FILIÈRE

Découvrez nos nouvelles pages : filière du génie écologique, formations et métiers !

Annuaire des adhérents

Contacts, zones d’intervention, métiers et compétences…

Offres de stages et d'emplois

Dernier article

Suivez-nous sur les réseaux !

Aller au contenu principal